Basile de Césarée: La radicalité dans la communion

 

Répondant aux moines des différente fraternités qu'il a fondées, il leur enseignera encore qu'« il est difficile et même dangereux, de vivre seul ». En effet, « Dieu a voulu que nous ayons besoin les uns des autres afin que nous soyons unis les uns aux autres. Car, dans la communion, la force du Saint-Esprit donnée à l'un devient nécessairement en même temps celle de tous ». La communion permet « de conserver les dons que Dieu nous a faits ».

Mais, Basile en est convaincu, la communion dont les frères d'une même communauté font l'expérience n'est pas meilleure que celle que vivent tous les chrétiens dans l'Église. En effet, puisque le même baptême les appelle tous à une unique vocation, unique est aussi le but vers lequel ils tendent tous ensemble. En ce sens, les moines n'ont jamais à s'enfermer dans leur communauté pour s'écarter de l'Église locale: au contraire, ils doivent vivre en communion avec elle.