Y a-t-il des raisons pour croire?

PANORAMA, octobre 2012
par Enzo Bianchi
La foi chrétienne, loin d’aliéner l’humain à Dieu, lui permet de se tenir en face de lui dans toute sa liberté

Article de fr. Enzo Bianchi
PANORAMA, octobre 2012

 

Aujourd’hui, le chemin pour accéder à la foi passe avant tout par la rencontre avec Jésus Christ, l’homme fiable qui a fait le récit de Dieu. Mais peut-on trouver des raisons pour motiver la foi en Dieu et la présenter à ceux qui se disent incroyants ?

Je suis convaincu que la foi chrétienne comporte des éléments qui la légitiment aux yeux des hommes et des femmes d’aujourd’hui : en la communiquant à d’autres on peut indiquer qu’elle n’est pas en contradiction avec la raison humaine ; qu’elle constitue même un chemin d’humanisation. Bien sûr, il n’y a pas de preuve de l’existence de Dieu ; mais il y a des signes qui, si on les comprend, peuvent aider l’acte de foi, la décision de croire.

Avant tout, la foi chrétienne peut être une source vivante de sens : elle donne de connaître ce que j’appelle volontiers « le sens du sens ». Tous les hommes cherchent une signification à leur vie, faute de quoi ils la voient menacée. Pour trouver ce sens, ils ne peuvent contourner les grandes questions qui ont toujours accompagné l’humanité : D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Pourquoi l’homme ? Pourquoi la mort ? Avant même d’affirmer l’existence de Dieu, il s’agit de trouver un sens à l’existence humaine, et cela semble moins évident pour nos contemporains que naguère. La foi chrétienne peut alors être une voie qui présente avec cohérence les grandes questions de l’humanité : elle indique une finalité à la vie et au monde, et peut faire rempart à l’absurde et au non-sens.


 

Une autre raison de croire est le fait que la foi exige un acte de liberté: Dieu ne s’impose pas en obligeant l’homme à croire en lui. Le Dieu des chrétiens a créé l’homme libre, à tel point que ce dernier peut aller jusqu’à lui dire : « Tu n’existes pas ! » La présence des athées précisément nous apprend que – puisqu’on peut vivre sans Dieu – pour accéder à la foi il faut le choisir. Ce choix doit par ailleurs se renouveler jour après jour, notamment dans le dialogue avec les non croyants. En admettant qu’on ne connaît jamais que très peu du mystère de Dieu, l’acte libre de foi convertit les doutes quotidiens en questions dont on découvre les réponses surtout dans l’amour pour le Seigneur Jésus.

Enfin, une autre raison de croire consiste dans le fait que la foi chrétienne indique un itinéraire d’humanisation. Oui, Jésus nous a montré le véritable visage de l’homme : le suivre, et croire en Dieu à travers lui, signifie tenter de mener une vie belle, bonne, heureuse, à son image ! De plus, la foi – cet élan vers la vie – est inséparable de notre humanité même : on peut certes vivre sans Dieu, mais non sans faire confiance à quelqu’un : c’est pourquoi, notamment, on accepte de se « fiancer » ou de faire « crédit » !

La foi est donc aussi un acte humain, qui fait grandir la personne. Et la foi chrétienne, loin d’aliéner l’humain à Dieu, lui permet de se tenir en face de lui dans toute sa liberté.

Enzo Bianchi