Lettres à un ami: La lectio divina


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/monast59/public_html/templates/yoo_moustache/styles/bose-home/layouts/article.php on line 44

Panorama, décembre 2004

Cher Jean,

Ne t’étonne pas si, comme tu le dis dans ta dernière lettre, la distraction te surprend quand tu trouves finalement un moment dans la journée pour te recueillir et prier. Mille choses, peut-être même bonnes en soi, nous distraient de l’attention pour le Seigneur et nous semblent plus importantes que ce peu de temps que nous voudrions consacrer à écouter le Seigneur et à lui parler en face-à-face, comme un ami le fait avec son ami. C’est la tentation la plus quotidienne, peut-être aussi la plus dangereuse, parce qu’elle semble ne concerner qu’un aspect marginal de la vie chrétienne : au fond, diras-tu, si je ne prie pas maintenant, je peux toujours prier à un autre moment, je pourrai me concentrer sur la Parole de Dieu quand je serai plus tranquille, après avoir résolu tel problème urgent… C’est une tentation ancienne, que tout croyant connaît tôt ou tard.
Pour y faire face, je peux te conseiller une pratique tout aussi ancienne, une manière de chercher le dialogue avec Dieu à travers sa Parole : c’est la lectio divina. Assurément, son nom naît avec le monachisme occidental, mais ses racines remontent jusqu’à l’Ancien Testament. Il s’agit de lire l’Écriture à la lumière de l’Esprit même qui l’a inspirée, de l’interpréter à travers elle-même, de s’adresser à Dieu avec les mots qu’il a lui-même a utilisés pour s’adresser à nous. Alors, voici comment tu peux faire pour « prier la Parole ». Tout d’abord, avant de commencer la lecture d’un passage de la Bible, prie le Saint-Esprit, pour qu’il descende sur toi, qu’il ouvre les yeux de ton cœur (les seuls avec lesquels on voit vraiment bien…) et qu’il te révèle le visage de Dieu dans la foi. Invoque l’Esprit saint avec la certitude d’être exaucé, parce que Dieu ne refuse jamais son Esprit à ceux qui le supplient avec humilité et docilité.
Ensuite seulement commence à lire le texte biblique, lentement, sans hâte, en cherchant à imprimer dans ton cœur ce que le texte dit. Sois obéissant au texte, et ne le choisis pas selon l’humeur du moment : prends le passage prévu par le lectionnaire, ou lis un livre biblique dans sa continuité, sans sauter ici ou là. Tente de pénétrer le texte en profondeur, en t’aidant des notes que tu trouves en marge de ta Bible, ou d’un commentaire des Pères, ou, encore plus simplement, en relisant et en recopiant peut-être le passage : bien des choses nous échappent lors d’une première lecture et nous apparaissent nouvelles quand nous essayons, par exemple, de redire par cœur les versets que nous venons de lire… « Rumine », remâche les mots dans ton cœur et applique à toi-même, à ta situation, à tes préoccupations, le message que ce passage de l’Écriture te propose. Il ne s’agit pas de faire du psychologisme ou de t’abîmer dans je ne sais quelle analyse des profondeurs : laisse-toi simplement étonner, attirer par la Parole. C’est Dieu lui-même qui te parle !
À ce stade, essaye de parler à ton tour à Dieu, réponds aux appels, aux inspirations, aux suggestions qui te sont parvenus à travers ce texte. Prie avec franchise, avec confiance, sans crainte et sans céder à la tentation du bavardage spirituel. Détache ton regard de toi-même, mais tente de mettre tes pas dans les traces de ceux de Jésus : suivre le Christ, ce n’est rien d’autre que cela ! Maintiens libres tes capacités créatives, ta sensibilité, et même ton émotivité : laisse-les se mettre au service de la Parole, dans une obéissance amoureuse.
Enfin, efforce-toi de conserver dans ton cœur le message que tu as reçu, comme un amoureux n’oublie pas les paroles de l’être aimé : souviens-toi que « contempler » ne veut pas dire avoir d’étranges visions d’anges, mais regarder le monde avec les yeux mêmes de Dieu, avec ce regard d’amour qui donne et renouvelle constamment la vie à chaque créature. Tu peux alors retourner à tes activités, à ton travail, aux tâches quotidiennes, en cherchant à vivre en conformité avec la vie même de Jésus. Rien de ce que tu feras ne sera étranger au rapport d’amour qui t’unit à ton Seigneur.
Si tu es plongé ainsi dans sa Parole, qu’est-ce qui pourra encore te distraire ?
Porte-toi bien !

Ton ami, Enzo