Grégoire de Nazianze: « Si je n'étais à toi, ô Christ… »


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/monast59/public_html/templates/yoo_moustache/styles/bose-home/layouts/article.php on line 44

Tu l'as compris: Grégoire de Nazianze se démarque par un caractère déconcertant. Plus qu'un pasteur, sa nature spontanée et sa sensibilité très vive font de lui un véritable poète, capable d'extrême précision dans le choix des paroles mais profondément désireux de « ce don divin » qu'est le silence. Il ne compose dès lors pas que des discours (qui font pourtant de lui un éminent théologien), mais également de nombreux poèmes, dont cette prière:

« N’est-ce que tyrannie ? Je suis venu au monde, oui. Mais pourquoi suis-je agité par les flots tempétueux de la vie ? Je dirai une parole audacieuse ; oui, audacieuse, mais je la dirai: Si je n’étais à toi, ô mon Christ, quelle injustice ce serait ! Naissance, mort, achèvement. Sommeil, repos, réveil, activité. Santé et maladie, joie et tourments. Toute chose sur la terre participe aux saisons que produit le soleil : jusqu’à la mort, à l’épuisement de la chair. Voilà le sort de toute créature, certes sans gloire, toutefois innocente. Que me reste-t-il d’autre ? Rien, ô Dieu, rien. Si je n’étais à toi, ô mon Christ, quelle injustice ce serait ! »

Oui, voilà la consolation de Grégoire, et celle de tout chrétien: nous appartenons au Christ, qui donne un sens à tous les tourments que nous traversons et à l'apparente inconstance de nos jours.