Ambroise de Milan: «Bois le Christ en buvant sa Parole!»

PANORAMA
Janvier 2011
Qu’y a-t-il de plus beau que de s’approcher de la source de la vie, du bien suprême ? Quelle joie plus grande que de s’attacher au Christ ? Bois le Christ, il est la Vigne ! Bois, le Christ, il est la source de la vie !

Article de Enzo Bianchi, prieur de Bose
PANORAMA, janvier 2011 

Cher Jean,

Le mois dernier, je te parlais de saint Augustin : je te disais la place importante qu’a occupée Ambroise de Milan dans sa conversion au christianisme. Celui qui exerçait alors le ministère épiscopal dans la ville lombarde a été un véritable père spirituel pour Augustin, lequel a parlé de lui en ces termes : « Cet homme de Dieu m’accueillit paternellement, en authentique évêque, et je commençai à l’aimer ! » Il faut donc que je te présente aujourd’hui ce père de l’Église. En effet, tout comme on ne reçoit pas la vie humaine sans parents, de même ne reçoit-on pas la parole de Dieu et les fondements de la vie chrétienne sans un père spirituel solidement enraciné dans l’Évangile du Christ. Et c’est ce rôle précieux qu’a joué Ambroise de Milan, non seulement pour le futur évêque d’Hippone, mais aussi pour nombre de ses contemporains.

Ambroise, qui a été évêque de Milan depuis 374 et jusqu’à sa mort en 397, avait un zèle pastoral et une autorité incomparables, ce qui lui valait l’admiration unanime de ses fidèles. Cette unanimité s’était d’ailleurs déjà manifestée au moment de son élection : après la mort de l’évêque précédent, c’est dans le tumulte qu’on s’apprêtait à désigner un successeur, car la charge était convoitée tant par les catholiques que par la faction des ariens. Ambroise – qui n’était alors pas même baptisé – était haut fonctionnaire de l’Empire et veillait à ce que l’événement se déroule dans le calme. C’est alors qu’une voix forte se fit entendre dans l’église : « Ambroise, évêque ! » Toute la foule répéta ce cri, et le conflit entre catholiques et ariens céda la place à une entente inespérée autour de son nom. C’est ainsi qu’Ambroise fut élu évêque de Milan par acclamation populaire ! Après avoir reçu le baptême, il fut consacré à la charge épiscopale.

Ambroise était un véritable père pour ses fidèles : homme doux, il exerçait sur tous la force de son attraction. Il s’acquittait de sa paternité parmi les croyants sans s’arroger indûment cette fonction, mais en la vivant simplement parmi les chrétiens en raison d’un don provenant exclusivement de Dieu. En authentique homme spirituel, il savait que sa paternité était étroitement liée à la transmission de l’Évangile : « Alors que je lui ouvrais mon cœur pour recevoir son éloquence, j’accueillis également la vérité », témoignait saint Augustin. Oui, c’est toujours l’Évangile de Dieu et de Jésus Christ qui constitue la mesure objective et déterminante de la relation d’un père avec ses enfants spirituels.


 

Ambroise n’avait de cesse d’appeler ses auditeurs à la rencontre avec le Christ : « Qu’y a-t-il de plus beau que de s’approcher de la source de la vie, du bien suprême ? Quelle joie plus grande que de s’attacher au Christ ? ». Or cette rencontre ne peut se donner qu’à travers la méditation de l’Écriture et la vie ecclésiale, qui a son cœur dans la célébration eucharistique ; Ambroise écrivait en ce sens : « Bois le Christ, il est la Vigne ! Bois, le Christ, il est la source de la vie ! Bois le Christ en buvant sa Parole ! Bois le Christ en buvant le sang de ta rédemption ! ».

Ambroise savait bien qu’il était devenu père par la fécondité de la Parole que, le premier, il avait accueillie comme une semence et une source de vie. Ce n’est que de cet enracinement dans l’Évangile que découlait sa capacité à appeler d’autres à une nouvelle naissance, à la vie selon Dieu. C’est pourquoi il put affirmer sur son lit de mort : « Je n’ai pas vécu parmi vous d’une manière qui me donnerait honte de continuer à vivre ; mais je n’ai pas peur de mourir parce que le Maître que je sers est bon. »

Combien notre époque aurait besoin de tels pères spirituels ! Je te souhaite à toi aussi de pouvoir recevoir la vie chrétienne d’une personne rendue capable de la donner, afin que tu deviennes à ton tour en mesure de la transmettre à ceux qui la poursuivront après toi !

Ton ami Enzo