François d'Assise: "Vis selon la forme du saint Évangile"

 

Mais, me demanderas-tu, une règle ne constitue-t-elle pas un risque de fixation et de paralysie, alors que l’esprit de l’Évangile que cherchait à vivre François était précisément celui de la liberté ? En effet, cette urgence de « vivre selon la forme du saint Évangile » était pour François d’Assise une impulsion qui venait du cœur, mieux, une révélation venant de Dieu, lequel avait levé le voile sur sa volonté et l’avait faite connaître à François. Ta question est donc légitime : pourquoi une nouvelle règle ?

Il est clair que pour François, comme pour tous les fondateurs de communautés religieuses, la rédaction d’une règle signifie, d’une part, composer un écrit qui soit inspiré par l’Évangile et qui traduise les exigences de l’Évangile dans la vie d’un groupe de personnes ; mais cela signifie d’autre part esquisser une forme de vie qui donne un visage à une nouvelle communauté. Et quoi qu’il en soit, la Règle suprême, la Règle des règles reste le saint Évangile. Ce principe n’a jamais été contesté par François, qui l’affirme de manière explicite dans le prologue de sa première règle : « Ceci est la vie de l’Évangile de Jésus-Christ, que frère François demanda au seigneur Pape de lui concéder et confirmer. »

L’indication que constitue la règle, pour une communauté naissante, est donc d’offrir une orientation évangélique stable en l’absence de la figure charismatique du fondateur, qui, par son existence, avait balisé le chemin pour les premiers compagnons. Mais s’il s’agit ainsi d’un point d’ancrage objectif, la règle doit toujours être lue aussi en dialogue avec la vie, comme le souligne saint François lorsqu’il appelle les frères à considérer son propre Testament (où il relate essentiellement son expérience de vie) à l’instar de la règle même : « Qu’ils aient toujours cet écrit avec eux à côté de la Règle. »

Suivant les indications de François, j’aurais donc envie de conclure : sans Évangile, impossible d’imaginer une règle authentiquement chrétienne, mais sans ancrage dans la vie, aucune règle ne permet de vivre durablement « selon la forme du saint Évangile »…

Ton ami Enzo

  • 1
  • 2