La visite du patriarche d'Antioche Ignace IV

le patriarche grec-orthodoxe d’Antioche, Ignace IV
Bose, 18-21 octobre 2001 - l'évêque Enrico Masseroni, le cardinal Severino Poletto, le prieur Enzo Bianchi e le patriarche grec-ortodosso d'Antioche, Ignace IV

Du 18 au 21 octobre 2001, à la faveur d'une visite inespérée mais pourtant si désirée, nous avons accueilli en communauté le patriarche grec-orthodoxe d'Antioche, Ignace IV, accompagné par les métropolites Georges Khodr' et Elias Audi, de même que par trois étroits collaboraturs laïcs du patriarche.




le patriarche grec-orthodoxe d’Antioche, Ignace IV
le patriarche grec-orthodoxe d’Antioche, Ignace IV
Bose, 18-21 octobre 2001 - le patriarche grec-orthodoxe d'Antioche, Ignace IV

Tant au cours des rencontres fraternelles avec les frères et les sœrs de Bose - "On peut dire, commentait le patriarche durant un repas, que nous nous sommes retrouvés en famille après tant d'années" - que dans le dialogue avec le cardinal Poletto de Turin et différents évêques du Piémont, et dans la réflexion proposée par le patriarche Ignace IV aux très nombreux amis et hôtes de la Communauté présents à l'eucharistie dominicale, est apparu le cœr large de cet homme de Dieu et d'une Église, arabe parmi les arabes, qui veut être témoin du Seigneur ressuscité, sans calculs, sans stratégies, sans prétentions, mais dans la seule consience de conserver un trésor précieux dans des vases d'argile.

"Nous ne vivons pas, comme beaucoup le pensent, au milieu de l'islam: nous vivons au milieu d'hommes et de femmes musulmans, créés comme nous à l'image et à la ressemblance de Dieu, et c'est cette image de Dieu que nous cherchons dans leurs visages; c'est cette image de Dieu que nous cherchons à transmettre par nos visages."

Aucune hostilité donc, mais le sentiment quotidien de se savoir frères en humanité.